Le premier mois

Publié le par ayaviri

Bonjour à tous,

 

Ca fait maintenant 3 semaines que nous sommes a Ayaviri. On va pouvoir vous raconter un peu plus notre vie !

 

- Le boulot de Camille : Je m’intègre dans l’équipe petit à petit. Le responsable du projet Felipe est super. Il a 40 ans, joueur de volley, de foot, il aime danser les danses typiques péruviennes. On va danser ensemble les jeudis soir, c’est très sympa. Il y a également Julio qui s’occupe de la fabrication des fromages, Elmer pour la gestion de troupeau et Arnaldo pour l’alimentation animale.


Je vais régulièrement avec eux sur le terrain (1 journée sur 2). On va donc visiter les fromageries et leurs producteurs de lait. Pendant qu’ils font des formations, j’en profite pour questionner les fromagers sur leur commercialisation, leurs objectifs, leurs forces et faiblesses… Ce n’est pas facile car ils sont en général méfiants. Il faut donc gagner leur confiance, dire qui on est, pourquoi on vient, le but du projet… et parfois les mots : objectifs, opportunités, marché… sont des concepts qu’ils ne maitrisent pas. Je rencontre beaucoup de monde de ces communautés (villages), c est très enrichissant. A chaque fois, ils nous offrent à manger, des quantités énormes ! Soupes, pommes de terre, viande, parfois de la bière ou liqueur d’anis. On est allé une fois jouer au volley pour se défouler un peu après une journée de réunion, un très bon niveau !


Je suis vraiment contente de ces rencontres. Par contre, je me rends compte qu’ils ne raisonnent pas souvent à long terme, ni de manière collective. L’idée du groupe de producteurs n’apparait pas dans leurs propositions pour le moment. Ils me disent simplement qu’ils veulent vendre plus cher…

 IMG_1525---Copie.JPG

On filtre le lait a sa reception

IMG 1518 - Copie

La fromagerie vue d´exterieur

IMG_1639---Copie.JPG

Les producteurs de lait de Macani avec le couple de fromagers au centre

 

- Le boulot d’Yves : N’en est qu’à ses débuts !

 

Il doit lancer une filière de production de quinoa avec les petits agriculteurs de la région afin d’augmenter leurs ventes et donc leurs revenus. Pour l’instant ils en cultivent un peu mais surtout pour leur propre consommation. Le but du projet est de recenser l’offre potentielle dans les différentes communautés, puis de trouver des débouchés (locaux ou exports, voir commerce équitable) tout est à faire !


Il a aussi participé au projet d’aménagement de cuisines dans les logements des communautés. Le seul combustible disponible pour cuisiner est la bouse de vache séchée au soleil. Ca brûle bien mais la fumée est très toxique ; et bien souvent, les « cuisinières » en terre ne sont pas équipées de cheminée… Le but est donc d’installer des cuisinières améliorées qui chauffe l’eau plus vite (tout de même 1/2h pour faire bouillir 5l d’eau) mais surtout équipées de cheminée.. C’est fou de voir la tête ébahie des  gens regardant la fumée sortir par le toit de leur maison !


IMG_1509.JPG

Paysage ou vivent les communautés avec qui Yves a travaillé


- La nourriture : Ce n’est malheureusement pas varié pour le moment. Les restos d’Ayaviri nous servent des menus à 4 soles (1euros). En entrée, c’est une soupe avec pommes de terre, pommes de terre déshydratées, quinoa ou riz et quelques carottes. Et le plat principal, c’est du riz, des pommes de terre ou frite et de la viande bouillie. Pas de dessert bien sûr… Pour changer, on va au végétarien (dès que c’est ouvert), au grand désespoir d’Yves qui se met à aimer les légumes ! Il y a une pizzeria mais c’est pour les jours de fête, le prix est double !

 

Le diner est à 19h30 maximum car après les restos sont fermés. Et c’est vrai que plus tard il fait vraiment froid donc le mieux est de se coucher ! Celso et Caro nous on fait découvrir le Kancacho aujourd’hui même, délicieuse spécialité d’Ayaviri : du mouton cuit a la braise avec des pommes de terre et de la sauce piquante, à manger avec les mains. Ca fait plaisir de manger de la bonne viande saine après 3 semaines!

 IMG_1752---Copie.JPG

Le fameux Kancacho

 

 L’appart : On commence à être bien installés. On a investit dans un bon matelas, un king size… ! Acheté a Juliaca car il n’y a vraiment pas grand-chose a Ayaviri. Ne vous inquiétez pas, on n’a pas fait de folie. Le king size péruvien fait 1,50 mètre de large. On a donc abandonné les matelas en éponge. On a maintenant des prises électriques « sécurisées », un genre de canapé, 2 petits chauffages et bientôt une cuisinière. La seule chose qui reste à faire est d’isoler au maximum l’appart car pour le moment il fait la même température dedans que dehors…. Et quand il fera -20° degrés la nuit, il risque de geler chez nous.

Sinon on s’est lancé ce matin dans une 1ere lessive à la main, en faisant chauffer l’eau à la bouilloire… bref on apprend !


 - Un tour a l’hôpital ! Et oui c’est déjà fait. Yves a eu des bonnes turistas pendant plusieurs jours. C’était plus sûr d’aller faire des analyses à Juliaca. Nous sommes partis avec une voiture de Caritas et un chauffeur, un jour de grève ou les routes étaient bloquées… Nous sommes allés par les pistes à l’hôpital de Juliaca. Rien de grave, juste des « petites » bactéries ! Choppées sur un poulet mal conservé en regardant la finale de la coupe d’Europe… Un peu d’anti-bio, d’anti-tout et quelques jours après, il était de nouveau sur pied. En tout cas, nous avons eu une bonne impression de l’hosto.

 IMG_1663---Copie.JPG

Juliaca centre


 - Les amis : On se lie d’amitié avec les collègues pour le moment. Il y a Felipe ;  Eithel le responsable de Caritas ; Celso et sa femme Caro qui sont très sympa, lui est avocat chez Caritas et elle est orthodontiste a Puno, jeune couple sans enfants,  pros de danse folklorique ; Roxana mère célibataire et trésorière du diocèse ; Mario jeune d’Arequipa qui s’occupe de la logistique. Nous n’arrivons pas encore bien à comprendre quelles sont leurs habitudes sociales.

 

On était abonnés aux barbecues, aux chouilles et dîners entre copains, apéros multiples…. Ici c’est différend et nous découvrons petit à petit ce qu’ils vivent entre amis et entre collègues. Nous n’avons pas l’impression qu’ils s’invitent les uns chez les autres… Bref on vous en dira plus dans quelques mois !

 


 

- La politique : Le Perou a vécu un grand changement politique car hier Humala a été élu président. Il représente la voix des "pauvres" et des laisses pour comptes, qui représentent donc + de 50% de la population aujourd´hui. Il fait peur a ses opposants pour sa carrière militaire. D´ailleurs, hier sur la place les militants Humala criait vive "el commadante Humala"... Ca fait un peu froid ds le dos. Sinon il a promis plein de bonnes choses, du gaz moins cher, et d´autres pas forcement bonnes pour le Perou, mettre les capitaux étrangers dehors...

 

A voir ce qu´il se passe, en tout cas grand virage a gauche dans la lignée du Bresil au mieux et du Venezuela au pire (Chavez a finance sa campagne).

 

 

IMG_5653.JPG

Les 2 locaux de Keiko Fujimori et Ollanta Humala 


La France nous manque c’est certain, on en rêve la nuit, la famille et les amis. Mais on s’adapte bien et on essaie d’avoir le maximum de relations sociales car, que ce soit au Pérou ou en France, c’est cela qui nous fait vivre !

 

Ceux qui sont motivés pour venir se cailler à 4000m avec nous, à danser sur des Morenadas 


 

 
 (le tube du moment) et autres rythmes latino en « boite », qui sont motives pour manger des patates à toute heure, a se blinder les yeux de paysages magnifiques….

 

IMG_1623---Copie-copie-1.JPG

 

Vous êtes les bienvenus, on vous accueille ! 

Prenez soin de vous,

 

Camille.

Commenter cet article

marc et nat 22/06/2011 22:17


Super les jeunes, bonne route entre ciel et terre à vous deux
ça va être dur mais ça fait rêver tout le monde, jeunes et ...moins jeunes! votre blog est remarquable, on s'y croirait presque. A bientôt pour lire vos nouvelles.
Bises à tous les deux. les Guichard


elise bourjot 16/06/2011 09:02


Très heureux de vous lire et de voir que le challenge est bien lancé!
Surtout contents que vous puissiez nouer des contacts intéressants autour de vous
(et que vous ayiez un bon matelas c'est important)

Par contre, yves, quand est-ce qu'il se met à bosser? ;D
hihi moi j'attends le quinoa d'ayaviri dans les rayons du leclerc de Sens d'ici un mois! Ba oui, on a aussi des exigences en tant que parrains, on est pas là pour rigoler dis donc!

On vous envoie (tout de même) de grosses bises et tous nos encouragements pour les missions qui vous attendent

Elise et Fabrice


Foucauld 13/06/2011 17:41


Des paysages qui font rêver et une bonne ambiance de travail, profitez bien !


Lulu et Stef 12/06/2011 21:48


Coucou Camille et Yves!

C'est avec plaisir qu'on a découvert votre blog et les débuts de votre aventure! J'espère que vous prenez vos marques comme vous voulez, que les petits soucis de bactéries sont derrières vous et
que vous êtes rodés contre le froid!?
C'est hyper intéressant de suivre vos missions et de découvrir cette culture par vos récits. Et qui sait, nous on aime bien les patates, la musique latino et on peut se parer contre le
froid...alors peut-être bien qu'on vous rendra visite dans les mois à venir....??

On a hâte de suivre les prochains épisodes!

A très bientôt

Lulu et Stef


Camille 08/06/2011 17:43


Merci pour vos commentaires! Ça fait plaisir! Chouquette, on profite on profite, bjr a l équipe des restos du coeur. Bises a tous. Camille.